Couture,  Maunamé,  Robes

Robe Deepa de Maunamé x My Little Coupon

Il y a quelques semaines, j’ai flashé sur la robe Deepa de la toute jeune marque de patron « Maunamé ». J’avais repéré des robes similaires chez Ba&sH que j’avais bien envie de reproduire pour cet hiver, alors lorsque j’ai vu le patron, j’ai craqué en me disant que ça me ferait gagner du temps sur le patronnage !

(source : Pinterest)

1/ Le patron

Si ce modèle vous fait envie, il faut savoir que le patron comporte en réalité 3 versions :

  • une version blouse avec 1 seul volant,
  • une version robe courte avec 3 volants (celle que j’ai faite!)
  • et une version robe longue avec 5 volants.

C’est pour la version longue que le métrage recommandé est de 4m50. Pour la robe courte, 3 mètres suffisent, à condition d’apporter quelques modifications à la coupe des volants. Je vous explique tout plus bas!

Avant toute chose, j’attire votre attention sur une petite coquille qui m’a mis le doute (elle a depuis été corrigée!) :

  • Sur la pièce de patron correspondant au « dos », il est noté de couper la pièce « 2x tissu » alors qu’en principe, seul le devant est doublé (si vous choisissez cette finition pour la fente, j’explique ça juste après). Il suffit donc de couper la pièce dos « 1x au pli ».

Maintenant que cette précision a été apportée, je peux vous parler plus en détail de ma version et des ajustements et autres modifications que j’ai effectués.

La fente d’encolure

Le patron prévoit trois options de finitions pour la fente d’encolure :

  • soit avec une doublure (uniquement sur le devant),
  • soit avec une parementure,
  • soit avec un biais.

J’ai choisi de finir la fente d’encolure au biais car mon tissu était transparent et que je ne voulais pas doubler la robe pour garder l’effet de transparence.

Après avoir cousu mon biais, j’ai essayé le haut, et je me suis rendue compte que la fente était trop petite : non seulement, ma tête passait juste-juste, mais en plus esthétiquement je voulais quelque chose de plus décolleté. Donc j’ai pris mon courage à deux mains, et j’ai décousu dé-li-ca-te-ment mon biais en mousseline sur le bas de la fente, j’ai agrandi la fente d’environ 5 cm, et j’ai fabriqué un nouveau bout de biais pour venir finir cette nouvelle fente.

(J’ai trop écrit le mot fente pour aujourd’hui).

Ajustement d’aisance au niveau de la carrure « dos »

Deuxième rustine, qui cette fois-ci est entièrement de ma faute : je sais que ma carrure est beaucoup plus large que le reste de mes mensurations, mais comme la robe a beaucoup d’aisance (merci le tableau de mesures du vêtement fini!) je pensais que ça passerait, et j’ai donc coupé ma robe entièrement en 36 (je précise que je suis actuellement enceinte, et que mes mensurations actuelles sont loins d’être celles d’un 36, mais encore une fois, la robe a beaucoup d’aisance, et je voulais pouvoir la remettre après la grossesse sans que ça fasse « tente »).

Malgré tout, une fois la robe coupée et après avoir assemblé le haut, un rapide essayage m’a fait réalisé que même si l’aisance était largement suffisante à la poitrine, il était loin d’en être autant pour la carrure dos…. Et effectivement, quand j’ai mesuré les pièces du patron au niveau de la carrure, je me suis aperçue que les mesures du vêtement correspondaient pile poil à mes mensurations, et que je n’allait donc avoir AUCUNE aisance. J’ai mesuré qu’il fallait que je rajoute environ 2 cm à la ligne d’épaule et 2,5 cm au niveau des omoplates. J’ai fait les modifications sur mes pièces de patron et j’ai créé une petite rustine en un seul morceau pour le devant et le dos, que j’ai assemblé de chaque côté du dos, au niveau de l’entournure.

Au final, le résultat est vraiment discret, et au moins, je peux bouger les bras sans risquer de craquer ma robe (avantage non négligeable!).

Le col volanté

Le joli col à froufrou est composé d’un pied de col et d’un volant froncé. Pour le volant du col, j’ai choisi de le doubler pour qu’il ait un peu plus de tenue (j’avais peur qu’il s’affaisse complètement car mon tissu était très fin). Par contre, je n’ai thermocollé qu’un seul des deux pieds de col, pour éviter que ça soit trop cartonné.

Au moment du montage, j’ai complètement oublié d’ajouter le lien qui est prévu pour fermer le col (ou pour faire joli). Je savais que je ne la porterai jamais fermée, et dans l’idéal, j’aurais aimé avoir une sorte de cordelette avec des pompoms au bout pour coller avec le style bohème de la robe, mais je n’avais rien qui faisait l’affaire sous la main ! J’essayerai d’y penser pour une prochaine version, car je trouve le rendu très sympa !

Les poignets smockés

N’ayant jamais cousu de smocks de ma vie, je m’en faisais une montagne mais je suis ravie de vous informer que c’est ultra facile ! Rien de tel qu’une petite vidéo explicative quand on apprend une nouvelle technique. Moi j’ai regardé cette vidéo de Joli Lab qui a bien dédramatisé le truc pour moi (j’ai suivi la méthode avec le fil élastique dans la cannette).

En revanche, au moment de la couture, je n’ai rien compris aux explications pour le montage donc j’ai fait à ma sauce. Pour avoir ce qui me semblait être les meilleures finitions possibles, j’ai coupé un seul « poignet » par bras, j’ai smocké le rectangle, puis j’ai piqué les petits côtés ensemble pour former un tube, que j’ai ensuite assemblé au reste de la manche. J’ai fini le poignet avec un ourlet roulotté à la surjeteuse. En procédant comme ça, j’avoue ne pas trop voir l’intérêt d’avoir une pièce « poignet » séparée du reste de la manche, il me semble que la manche entière aurait pû être coupée en un seul morceau. Mais je pense qu’il y a une subtilité que je n’ai pas saisie!

Après avoir échangé avec la créatrice ( qui a été adorable et très réactive), il s’avère qu’il convenait bien de couper chaque poignet en double (donc, au total, 4x la pièce « poignets ») – j’avais eu un doute.

Ensuite vous fermez les poignets, et les « doublures de poignets », vous assemblez la doublure aux poignets, et vous smockez le tout (sachant que je ne sais pas ce que donnent les finitions à l’intérieur avec un smockage « en rond » (le point d’arrêt avec le fil élastique, avec ma machine, c’est pas jojo!) ni sur la facilité de réalisation!). Mais si vous smockez avant de fermer les poignets, ça signifie que la couture de fermeture du poignet se verra au niveau de « l’ourlet » (on a doublé le poignet je vous rappelle), et ça pour moi c’est vraiment pas heureux !

Dans tous les cas, la créatrice m’a dit qu’elle souhaitait faire un tuto vidéo pour clarifier le montage de ces poignets, donc je vous recommande de vérifier si ce tutoriel est sorti au moment où vous coudrez votre robe 🙂

Les volants de la jupe

La partie « jupe » est composée de 3 volants (pour la version « robe courte »). Rien de compliqué, il faut simplement se préparer psychologiquement aux kilomètres de fronces ! Mais c’est ce qui fait tout le charme du modèle, donc il suffit de prendre son mal en patience ! Le résultat en vaut largement la chandelle ! (Conseil : prévoir un bon podcast à écouter pendant la répartition et l’épinglage des fronces !)

Par contre, pour la coupe des volants dans 3 mètres de tissu, j’ai été obligée de couper le volant n°1 et le volant n°3 en 3 morceaux plutôt qu’en deux, sinon ça ne rentrait pas dans mon coupon.

Je n’ai pas noté les nouvelles mesures pour le volant n°1 mais pour le volant n°3, à part si vous avez un tissu d’une laize de 1m82, vous ne pourrez pas couper chaque demi-volant en une seule fois. (La pièce de patron (à couper au pli) mesure 91 cm.. Pour que ce soit possible, il faudrait un tissu avec une laize de 1m82 !).

J’ai donc calculé la longueur totale du volant une fois assemblé : 90×4 (j’enlève le 1 cm de marge de couture) = 360 cm.

Puis j’ai divisé 360 / 3 = 120 cm

J’ai donc tracé une nouvelle pièce de patron de 61 cm de long, à couper au pli trois fois.

 

La longueur finale de la robe

J’aime bien porter mes jupes plutôt courtes, et d’autant plus quand il s’agit d’une robe manche longue avec beaucoup d’ampleur. Je suis grande (1m74) et la robe m’arrivait au genou sans avoir fait l’ourlet. J’ai donc pas mal recoupé au moment de faire mon ourlet roulotté pour que la robe soit plus courte que mes bottes si je veux pouvoir les porter avec.

La finition à l’ourlet roulotté m’a fait gagné du temps, et le résultat est très net sur ce tissu fin !

2/ Le tissu

Pour le tissu, j’ai été contactée par My Little Coupon pour choisir un tissu à vous présenter. Si vous ne connaissez pas le concept, c’est une toute jeune entreprise qui vend des fins de rouleau de prêt à porter. Les quantités sont donc limitées, mais la qualité est au rendez-vous ! N’hésitez pas à aller voir régulièrement ce qu’ils proposent car ça change souvent. D’ailleurs, si vous avez un coup de coeur, j’ai un code promo à vous offrir pour avoir 10% de réduction :

SEWLAJUPE10

Pour ma part, j’ai craqué sur ce voile plumetis noir, et je trouvais que le tissu irait parfaitement avec la robe Deepa, ça a achevé de me convaincre d’acheter le patron ! Si le tissu vous plait, il est encore en stock, je viens de vérifier !

J’avais un peu peur de coudre de la mousseline mais franchement, la coupe s’est faite toute seule, (surtout avec mon fidèle cutter rotatif), le tissu n’a pas bougé d’un poil et il ne s’est pas effiloché plus que ça pendant la couture alors que je n’ai surjeté mes marges de couture qu’une fois l’assemblage réalisé.

J’adore l’effet de transparence, je trouve que ça met vraiment en valeur la coupe de la robe, ça donne un effet léger et aérien. Il ne me reste plus un seul morceau de mon coupon de 3 mètres, dommage, sinon j’aurais adoré l’utiliser pour des empiècements sur des blouses noires !

 

3/ Wearability / « Portabilité »

La robe est ULTRA confortable, j’en suis ravie! Je la porte avec un fond de robe noir plus ajusté, ça permet d’éviter les courants d’air sous la robe !

Vu l’ampleur des volants, cette robe est complètement « baby-bump » compatible, et ça c’est aussi une bonne nouvelle ! Je vais pouvoir la porter jusqu’à la fin de ma grossesse sans soucis. Et elle sera également parfaite pour le post-partum (à ceci près qu’elle ne s’ouvre pas suffisamment sur le devant pour la rendre allaitement compatible! Si ça vous intéresse, je pense qu’il est très facile d’ajouter une patte de boutonnage sans que ça ne modifie trop le look de la robe).

 

 

 

2 commentaires

  • Anne Marie Schneeberger

    Bonjour,
    Vos explications sont toujours claires, les remarques sur le patron semblent pertinentes et très utiles si on veut acheter ce patron. Et la robe est magnifiquement réussie et vous va à ravir.
    Une viscose serait-elle adaptée pour ce modele, d’après vous. (Le climat de Geneve est plus rude que celui de Marseille!!!)
    Merci et belle journée.

    • Sew La Jupe

      Bonjour, merci beaucoup pour tous ces compliments qui me touchent beaucoup !
      Une viscose serait tout à fait adaptée à ce patron!
      Bonne couture 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *